Crimson Peak et le décor victorien : DIY !

Buongiorno !

Aujourd’hui, pour compléter un peu ma série d’article sur « comment porter le gothique chic », je vous propose une critique cinéma.

Comme beaucoup, je suis allé voir Crimson Peak, en grande fan de Guillermo Del Toro devant l’Eternel.

Et je suis actuellement très en colère.

Le film est réellement fabuleux, et j’en ai marre d’entendre uniquement des critiques négatives. Sérieux, personne n’a aimé plus que ça ? J’espère ne pas être la seule à avoir adoré, et là, je vais donner quelques explications (il n’y a pas de spoils dans cette article, je ne révèle rien sur le scénario, au cas où ma critique vous donnerait quand même envie d’acheter le dvd !).

1 ) La bande-annonce. Là, on assiste à un gros problème, récurrent au cinéma : les bandes-annonces sont faites de moments clés du film, voire des moments les plus importants, et comme il faut que le film rapporte (les films de Del Toro coûtent très chers à réaliser), on s’est sans doute dit que, pour qu’il fasse recette, le côté « film d’horreur », c’est plus vendeur. En fait, oui, effectivement, plus de personnes vont voir un film d’horreur plutôt qu’un film d’amour (en plus, on est en pleine période Halloween). Sauf que Crimson Peak, c’est pas réellement un film d’horreur au sens propre et actuel du terme. C’est plutôt un film basé sur une réflexion à propos des actes faits par amour. Du coup, je pense que beaucoup de spectateurs sont allés le voir en pensant voir un film d’horreur, et ont donc été déçues par le scénario. Et ne me dites pas que « Tim Burton c’est mieux » : sérieusement, certains scénarios de Burton sont minces comme une feuille des rouleaux de la mer morte, et cela n’empêche pas de faire un bon film !

2 ) Guillermo Del Toro a énormément de sources d’inspirations, on le sait, et elles sont très variées. Ici, il a voulu rendre hommage à certaines inspirations :

D’abord, la période victorienne. Le film se passe en 1901, mais en réalité, il pourrait très bien se passer en 1890, voire avant (sauf que là, du coup, les costumes n’iraient plus, mais bref). L’ambiance victorienne est là, tous les codes sont là. La culture victorienne est présente, sous-jascente, dans les prises de vues, les poses des acteurs, la décoration (rhaaaaaaaaaaaaa, ce superbe lit néo-gothique!)… Tout ce qui a caractérisé, notamment, la période néo-gothique est là.

Découlant de cette période, Del Toro a repris absolument tous les codes des romans victoriens : le roman noir gothique est présent bien sûr, mais également d’autres types de roman (notamment Jane Eyre, roman d’amour, et là, ça crève les yeux !), ainsi que la poésie romantique, présente surtout à la fin, et dans les paroles des acteurs. C’est toute la littérature anglaise victorienne qui défile sous vos yeux, mise en image. Et pour une grande lectrice passionnée par cette période, je peux vous dire que j’ai frôlé la pâmoison !

Est présente également la peinture victorienne : qu’elle soit classique et officielle, ou bien préraphaélite, elle est là, bien présente. Les prises de vues sont à tomber, les costumes également, et la vision de Mia Wasmachin (je suis incapable d’écrire son nom, désolé) avec ses cheveux blonds longs, dans sa chemise de nuit blanche, avec pour seul éclairage sa bougie dans les couloirs sombres du château (néo-gothique of course), est une vision préraphaélite en puissance.

Le cinéma : Del Toro, avant d’être réalisateur, est avant tout, un grand fan de cinéma (comme Tim Burton ou Tarantino, d’ailleurs, dont il se rapproche). Et comme tout réalisateur fan de cinéma, il rend hommage, à travers ses films, à des pans de l’histoire du cinéma. Ici, la scène du bal rend hommage à la scène mythique du bal dans Le Guépard, de Visconti (un monument du cinéma). Heureusement que Del Toro ne l’a pas faite duré 45 minutes comme dans l’original, cela dit. La Hammer est présente dans le film également, et bien sûr, on retrouve les grandes mains squelettiques chères au réalisateur, et peut-être dûes à Nosferatu (là je suis pas sûre hein, mais ça me fait penser à ça). Mais le clou est la grande scène finale (que je ne vous raconte pas) : là, franchement, c’est du Mario Bava ! Si vous ne connaissez pas Mario Bava, je vous le conseille pour une soirée ciné Halloween (ou autre). Sanglant à l’excès, grand guignol à l’excès, mais tellement jouissif en fait ! Pas une once de réalisme, mais franchement, est-ce le réalisme que l’on attends chez Del Toro ? Non. Il ne fait pas dans le réalisme, alors arrêtez d’attendre du réalisme de sa part. Donc, merci, M. Del Toro, de rendre hommage à des maîtres du cinéma (je ne vous conseille pas Mario Bava si vous venez de manger et que vous avez l’estomac fragile).

3 ) L’esthétique. Bon, là, j’en ai déjà parlé plus haut. C’est juste sublime. Franchement. Et je ne dis pas ça souvent !

5) Arrêtez de comparer ce film à d’autres. J’ai entendu des tas de fois : « ça vaut pas le Dracula de Coppola » ou bien « les films de la Hammer sont tellement mieux faits » (what ??????), ou encore « Sleepy Hollow c’était quand même mieux », ou bien « Sweeney Todd, c’était franchement dément par rapport à ça ». Déjà, vous pourriez avoir le respect du travail ENORME que réalise Del Toro sur chacun de ses films. 8 ans pour que Crimson Peak voit le jour, respect quand même… Et ensuite, c’est ridicule de comparer un film à d’autres sur le même thème : les réalisateurs sont différents, les histoires différentes donc le rendu est différent, il n’y a pas de comparaison à faire. En plus, Dracula, Sleepy Hollow et Sweeney Todd, c’est un peu facile, vu qu’il y a une base écrite avant le scénario. Surtout Dracula : ok, le film de Coppola est un chef-d’oeuvre, mais bon, en même temps, tout est dans le livre, alors forcément… La seule comparaison que l’on puisse faire, c’est quand il s’agit d’un remake, sinon, c’est out.

Voilà, c’est dit ! Et maintenant, quelques photos des décors, parce que franchement, ça vaut le détour !

Crimson Peak

Sir Thomas Sharpe (TOM HIDDLESTON) welcomes home Edith Cushing (MIA WASIKOWSKA) in Legendary Pictures’ “Crimson Peak”, a gothic romance from the imagination of director Guillermo del Toro. When her heart is stolen by a seductive stranger, a young woman is swept away to a house atop a mountain of blood-red clay: a place filled with secrets that will haunt her forever. Between desire and darkness, between mystery and madness, lies the truth behind “Crimson Peak”.

Crimson Peak

Crimson Peak

Crimson Peak

Crimson Peak

MIA WASIKOWSKA stars as Edith Cushing in Legendary Pictures’ “Crimson Peak”, a gothic romance from the imagination of director Guillermo del Toro. When her heart is stolen by a seductive stranger, a young woman is swept away to a house atop a mountain of blood-red clay: a place filled with secrets that will haunt her forever. Between desire and darkness, between mystery and madness, lies the truth behind “Crimson Peak”.

Et maintenant, voici, en quelques images, comment donner un air de néo-gothique victorien à votre intérieur…Ce n’est pas très compliqué, et ça donne tout de suite un bon style ! (sauf pour le ménage, là, ça devient compliqué… C’est sans doute pour ça qu’il y a une tonne de poussière sur les meubles dans les films d’horreur néo-gothique.)

3d9324770264b9ab7fb427cc1686fbc6

tumblr_mgwlc9PByw1r708wbo1_500

Evidemment, le must, c’est d’habiter dans quelque chose comme ça. Mais, bon, c’est pas obligatoire non plus.

Quelques idées et DIY (oui oui, vous pouvez le faire) :

3

4

5

7

2

Prêtez une attention particulière à l’ensemble de votre déco, et à l’ambiance qui s’en dégage.

1

Les chandeliers sont très importants, ainsi que les objets sur lesquels vous pouvez suspendre des choses, comme ici à gauche, des ex-voto (très bien les ex-voto !).

9

Les vieux livres, parfaits pour créer une ambiance anglaise victorienne…

10

Tout ce qui est crâne, os, cornes et bougies, allez-y, c’est parfait, surtout en accumulation.

8

Des objets un peu étranges sont la bienvenue, n’en faites pas une surenchère, mais ça donne une touche finale sympa.

6

Les vitrines et autres globes, c’est toujours très bien pour ce type d’ambiance. L’éclairage est très important : préférez plusieurs sources de lumières, tamisées si possible.

1

Pour les murs, vous avez le choix : soit vous choisissez une peinture un peu vive mais qui rappelle les peintures victoriennes (bleu paon, vert olive, vert bouteille, sang-de-boeuf, rouge bordeaux, gris fumé…), soit vous faites, sur cette base, des petits motifs dorés qui rappelleront le mode de déco que les victoriens appréciaient dans les églises (la vogue néo-gothique ayant également touchée la France, vous pouvez encore aujourd’hui admirer de superbes chapelles néo-gothiques du XIXème siècle dans les églises).

Office-Floor_001

Pour les sols, c’est parquet obligatoire. Bon, si vous avez autre chose (pitié, oubliez les moquettes, il n’y a rien de plus poussiéreux), jouez la carte des tapis, ça marche aussi. L’image ci-dessus montre un superbe motif peint sur sol quelconque. Beau, hein ?

2

Les rideaux sont importants : plus ils sont drapés et mieux c’est. Le mieux, c’est le velours (en plus, ça tient chaud l’hiver). Le moins, c’est la poussière bien sûr…

11

Un exemple de tapis. Et d’un lit : les tissus sont très importants, jouez sur les matières nobles, comme le velours, et les motifs baroques. Les couleurs seront plutôt sombres…

12

Un beau ciel de lit néo-gothique, c’est vraiment beau. Accrochez-le bien hein, sinon, vous vous retrouverez empalé sur votre ciel de lit, ce qui serait hyper victorien, mais quand même pas très sympa. Et à droite, un très bel exemple de lit type victorien.

1

2

3

Les murs d’accumulations, c’est parfait, qu’il s’agisse de photos, tableaux, ou miroirs (bon, les miroirs, c’est très perturbant quand même). Ci-dessus, à gauche, le superbe mur d’ex-voto chez l’artiste Zoe Lacchei.

4

Quelque chose d’étrange suspendu au plafond fait toujours son petit effet. Et deux exemples de miroirs parfaits pour le thème, et pour le coup, pas excessivement cher : le premier vient de chez Zara Home, et le deuxième, plus travaillé, de chez Ikea (en plus, il se peint facilement, c’est pas beau ça ?).

1

Les fioles viellies à étiquettes bizarres, ça marche toujours, et c’est facile à faire. Idem pour les banals bocaux blancs achetés à 2 euros : avec un calque, un feutre noir et pas mal de patience, vous pouvez les transformer en bocaux à la fois graphique et gothique. Le plateau Ouija, c’est hyper bien aussi, et c’est tout aussi facile à faire, si ce n’est plus !

2

Les fioles de poison, impossible de passer à côté. Les tasses poison, c’est facile à faire aussi. Les livres dans la cheminée également. Les boules à insectes et volatiles, apprenez à les faire sur diy-master (eh oui, c’est un super site). Bon, le pochoir en forme d’arcades gothiques, c’est assez facile aussi. Pour l’ordinateur customisé, là, c’est plus compliqué : soit vous avez un copain féru de steampunk et d’électronique/informatique, soit vous investissez (ça coûte un bras). Datamancer, bonjour !

0d07fb089b7f3323080f25d18c4df4dc

Et ça, c’est le must, vraiment. Donc, vous achetez beaucoup de bois, plus diverses scies, vous vous armez de patiente et de temps, et vous le faites. Ou vous avez un pote menuisier.

Et maintenant, quelques photos d’inspirations :

43c64fcb8c1fef7ffa4b4a99279cf5f6

john rylands bibliothèque

renzo mongiardino design

Dans un style « sombre mais chaleureux », préférez les rouges, les bruns, les verts et les ocres. La dernière photo est un décor sublime par Renzo Mongiardino.

49ccfd09f53a2530d131401aac28f6df

fd4d088b083e1bc3542a08bdc8ba441e

sharon ehman home

Pour un décor plus sombre, et peut-être plus contemporain, optez pour la gamme des gris au noir, plus du bleu, et du vert. La dernière photo est le salon hallucinant de Sharon Ehman (elle par contre, euh…Mais bref, c’est pas le sujet).

6bd1eeda18c662244a50f6a766dd9a1d

tumblr_lr59ojSCoH1qkvpg7o1_500

18261_470777922961541_1395444262_n

Les chambres « traditionnelles ». La dernière, cela doit être du Agnès Emery, mais je ne suis pas sûre…

Gothic-Inspired-Home-Decor

5ef3a3d481d434abd5254faefbb3f0ee

Des chambres plus contemporaines.

842b8b2f89a34bf4c8183720c4957051

96629a6904e6903ce0f88c9267c77d47

artisticmetaldecor com

La vieille baignoire, c’est quasiment obligé. Sinon, jouez sur les couleurs et les accessoires. Les toilettes c’est vous qui voyez. Mais j’avoue que cela m’a fait sourire (artisticmetaldecor.com).

15a8365e8f998c251fbd43faf2cbced2

3333040bef8c37653676182aa6ceb3e0

Pour la cuisine, le bois sombre, c’est vraiment bien (vous pouvez aussi customisez vos vieux placards en MDF, avec des chiffons, pinceaux, et peintures adaptées, ça se fait très bien).

bad1aa4e194b75811e7db38b52250bcf

Accordez un soin particulier au choix de votre vaisselle, c’est très important.

IMG_5258rt-OPS

Et si vous voulez faire les choses en grand, allez voir cette maison sur onlineproperty.com. Une splendeur steampunk, cette cuisine.

Et voilà, maintenant, vous savez tout pour faire de votre intérieur un petit bijoux victorien néo-gothique…

Arriverdeci !

Publicités

2 réflexions au sujet de « Crimson Peak et le décor victorien : DIY ! »

  1. Ping : Comment faire un cabinet de curiosité ? How to make a cabinet of curiosities ? |

  2. Ping : Un look ethnique dark / Dark ethnic look |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s