Le Musée des Beaux-Arts de Rouen, PT II

(only in french, sorry !)

Deuxième partie de ma visite au Musée des Beaux-Arts de Rouen ! Cette fois-ci place aux sculptures et aux objets ! Je suis franchement tombée amoureuse de ce Musée, il est beau, calme (enfin, sauf le jeudi visiblement, entre deux groupes de primaire, et un groupe de lycée…), et il déborde de beautés XIXe siècle ! Bon, sur ce, je vous laisse et retourne à mon master !

D’ailleurs je vais préciser certaines choses : j’ai reçu quelques mails assez mal intentionnés (les gens n’ont vraiment que ça à faire). « Ouais, tu dis que tu fais un master mais tu es tout le temps sur le blog,et en plus, tu fais un master arts plastiques et vous faites rien en arts. Ah si, du gribouillage. » Bon. Je ne m’énerve pas et reste très calme : Je suis effectivement en master 1 arts plastiques. Et on fait tout sauf se tourner les pouces. Parce que, quand vous avez un devoir à rendre, vous n’avez pas juste UN dessin à rendre, nan, ce serait trop simple. Vous devez faire un réel texte académique, avec références, problématiques et tout, en 5 pages maximum, avec un corpus théorique assez fourni quand même, avec un corpus iconographique également fourni, et après seulement, une production plastique répondant à la problématique choisie. Tout ça en lien avec le cours du prof. Rien que sur le deuxième semestre, j’ai 6 devoirs. Et tout ça en même temps que mon écrit académique, prémices de mon mémoire de master 2 arts plastiques, qui sera lui-même les prémices de ma future thèse (oui, je vise le doctorat, ça veut dire avoir au moins 14/20 à son mémoire). En gros, c’est pour ça qu’il n’y a plus de longs articles ultra-documentés sur le blog. Mais ça reviendra ! Donc, un peu de compassion ferait le plus grand bien, merci !

Musée des Beaux-Arts de Rouen

Sculptures

Une crèche napolitaine sublime. Les vêtements sont réalisés avec des chutes de vêtements usés donnés à l’Eglise par les nobles.

Jean-Jacques Feuchère, Raphaël, XIXe siècle

Talma, Jeanne d’arc, 1900

Une Vierge reliquaire en bois polychrome, Allemagne du Sud, 1520

Bijoux

Une broche Saint-Esprit

Montres et bijoux du XVIIIe siècle

Peignes et bijoux du début du XIXe siècle

Objets

Des pavements en faïence du XVIe siècle (assez exceptionnels pour que je remarque la chose, parce que lors de mon stage de licence pro, j’ai écrit une monographie sur les carrelages anciens, donc, je vous le dis, ces pavements sont VRAIMENT exceptionnels)

Cabinet et table, Flandres, XVIe siècle en partie

Bureau dit mazarin, début XVIIIe siècle

Le Carpentier, maquette de l’hôtel de ville de Rouen, 1758, en bois

Un détail d’une magnifique horloge de 1752

Voilà, j’espère que ça vous a plu !

Belle journée !

 

Fashion Editorial : Love Letters to Rossetti

En fait, il ne s’agit pas réellement d’un éditorial mode, c’est plutôt un vrai travail artistique, réalisé par la très talentueuse Donna Stevens… Comme je suis une véritable fan des pré-raphaélites, Rossetti en tête, forcément, je ne pouvais qu’adorer cette série !

In fact, it’s not really about an editorial fashion, it’s rather a real artistic work, realized by the very talented Donna Stevens… How I am real one fan of the Pre-Raphaelites, Rossetti in head, necessarily, I could only adore this series !

Love Letters to Rossetti, by Donna Stevens

(words from her website)

« An ode to Dante Gabriel Rossetti, where beauty, romance, and religion tragedically collide. Italian Vogue showcased the series on PhotoVogue. It has recently been aquired by a Tuscan vineyard and winemaker for their 2015 campaign. »

 

Belle journée !

Saturday Home Tour : Magnolia Pearl, froufrous boho

Pour rester dans le thème de la dentelle blanche et des froufrous très boho et gypset, les années 1900 revues par les seventies, je vous présente le ranch de Magnolia Pearl. Celle-ci est la créatrice de la marque du même nom, avec son mari. Une marque de vêtements et d’accessoires remplie de froufrous, de vieilles chemises, de dentelle, de choses un peu vintage, et de passementerie. Je n’aime pas tout, mais l’ambiance qui se dégage de la chose est irrésistible ! Le ranch de Magnolia Pearl est malheureusement aujourd’hui en vente, ce que je trouve très triste…

To stay in the theme of the white lace and the rustles very boho and gypset, 1900s seen again by seventies, I present you the ranch of Magnolia Pearl. This one is the creator of the brand of the same name, with her husband. A brand of clothes and accessories filled with rustles, with old shirts, with lace, with a little bit vintage things, and with braid. I don’t like everything, but the atmosphere which gets free of the thing is irresistible ! The ranch of Magnolia Pearl is for sale unfortunately today, what I find very sad…

L’ambiance de la marque

Et THE book !

Belle journée !

 

Happy Week !

Nouvelle semaine, nouvelles inspirations ! New week, new inspirations !

Fashion

Beauty

Ancient Fashion

1904

Jewels

Dior 1997

Home decor

DIY

Flatlay

Food

Art

The Day Dream, Rossetti

Seventies

Jacqueline Bisset 1973

Belle journée !

Saturday Home Tour : Cornelis Le Mair, excentric and strange boho house

Aujourd’hui, pour le saturday home tour, je vous préviens : ça plaît…ou pas. Car il s’agit d’une maison très particulière. Cornelis Le Mair (un vrai nom de théâtre ou de roman !) est un peintre (oui, il est toujours vivant). Pas n’importe quel peintre : peinture à l’huile, et surtout des vanités. On dirait des tableaux de la Renaissance flamande, j’adore vraiment, technique parfaite et sujet parfait, je pourrais même le citer dans mon mémoire ! Mais bref. En tant que peintre de vanités, Cornelis a accumulé des tas et des tas d’objets, qui lui servent d’inspiration. Et ça donne une maison absolument incroyable : entre Alice au Pays des Merveilles, Cabinet de Curiosité et boho gypset à fond. Une mine d’or, faire des photos de mode là-bas serait vraiment l’extase !

Today, for the saturday home tour, I warn you : that pleases … or not. Because it’s a very particular house. Cornelis Le Mair (a real stage name or of novel ! ) is a painter (yes, he is always alive). Not any painter : oil paint, and especially vanities. We would say paintings of the Flemish Renaissance, I really adore, perfect technique and perfect subject, I could even quote him in my report ! As painter of vanities, Cornelis accumulated heaps and heaps of objects, which are of use to him as inspiration. And that gives an absolutely incredible house : between Alice in Wonderland, Cabinet of Curiosity and boho gypset completely. A gold mine, to make fashion photos over there would really be the ecstasy!

   

Il y a même un livre sur la maison !

Et si vous tapez « Cornelis Le Mair « sur youtube, vous trouverez quelques vidéos intéressantes !

Belle journée !

Fashion Editorial : Neoteric Victorian Vestures, russian Vogue

J’adore l’époque victorienne. Faut dire que j’ai été biberonnée à Sherlock Holmes, ceci explique sans doute cela. J’adore ce mélange de sensualité extrême et de rigueur quasiment mortifère. Cette pudeur (oui, on est très très pudibonds à l’époque) qui cache une violence insoupçonnée… Il n’y a qu’à lire Oscar Wilde ou Bram Stoker, tout est dit ! Et je suis donc tombée sous le charme de ce shoot, un hommage néo-victorien très réussi dans un décor grandiose !

I adore the Victorian era. Needs to say that I lived with Sherlock Holmes, this doubtless explains it. I adore this mixture of extreme and rigorous sensualism almost mortiferous. This modesty (yes, we are very very prudish in this period) which hides an unsuspected violence… There is only to read Oscar Wilde or Bram Stoker, everything is said ! And I thus fell under the spell of this shoot, a very successful neo-victorian tribute in a grand decoration !

Neoteric Victorian Vestures, by Mariano Vivenco, for Russian Vogue, dec 2012

Belle journée !